20/04/2004

Fleur et éclipse





Fleur et éclipse



Pour décrire à loisir la corolle écarlate,
j'ai pincé, de mes doigts, la tige délicate ...
J'ai humé le parfum du calice embaumé
d'un pavot - à peine eût-il la saison d'éclore -.
Alourdis de relents, mes sens goûtent encore
la saveur du fruit vert par trop tôt consommé ...

J'ai brûlé ma rétine au point focal des sables ...
Cercle doré, démesurément dilaté,
la pupille, en son orbe éteinte, a éclaté.
le cristal a rompu des lois méconnaissables :
pour mille astres comptés, j'ai perdu le regard,
mais ne puis, à mon gré, sonder nuits assez tard ...

Fleur sèchée, oubliée entre deux parchemins,
ton sanglot a taché la page toute entière ...
Œil hagard et tari, errant par les chemins,
tout s'éclaire en toi,
--------------------- car ... « Néant n'est que Lumière »...

16:54 Écrit par Jean-Paul Flament | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.