20/04/2004

Au coin de l'oeil surpris








à Claude J.-Debecq



Au coin de l'œil surpris, j'ai piqué une mouche

légère, par-dessous la pointe de rimmel.

A fleur du liseré incarnat de ta bouche,

j'ai posé un frelon enfiévré de son miel.

Ta paupière a cillé pour peu que je la touche ...

Prends garde au faux bourdon :
son audace est de fiel.

Sitôt qu'il est venu, perle, humide et farouche,

un pollen cristallin dont j'ai goûté le sel.

15:47 Écrit par Jean-Paul Flament | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.